Rechercher

"SEA PLASTICS", quand la jeunesse s'engage...

English below!


Si vous nous suivez sur nos différents réseaux sociaux, vous savez certainement que depuis le mois d'août 2020, notre ONG partenaire est la jeune association française "SEA PLASTICS". Nous vous en avons déjà parlé brièvement mais aujourd'hui, nous souhaitons vous en parler plus en détails et vous raconter l'histoire de cette magnifique organisation.


Mettre à profit un an de sa vie en agissant pour l’océan.

La première équipe "SEA PLASTICS"

Tout commence en 2016. Simon et Aymeric prennent une année sabbatique durant leurs études, s'offrent un vieux ketch (voilier à 2 mats) de 50 ans qu'ils nomment "Le Labo" et fondent l'association "SEA PLASTICS". Après quelques mois de travaux pour le remettre en état, ce vieux gréement leur permet de mener à bien leur première campagne de prélèvement de microplastiques, en partenariat avec le laboratoire "Marbec". A cette époque, les recherches sur l'impact des microplastiques en mer étaient encore peu nombreuses.

L'étude de ces échantillons leur permet de rédiger une publication scientifique aujourd’hui en cours de révision pour être publiée dans The Marine Pollution Bulletin: "Micro-plastics abundance and characterization in the water column along the French Mediterranean coast". L'aventure "SEA PLASTICS" avait commencé.


Fort du succès de cette première campagne, Sarah, Marie, Lucie et Marine mettent elles aussi leurs études entre parenthèses, rejoignent l'association et se chargent de monter l'expédition 2018. Avec elles, l'aventure prend une autre dimension. En effet, elles poursuivent les travaux de recherche des fondateurs en intensifiant les échantillonnages pour mieux comprendre la répartition verticale des microplastiques en Méditerranée occidentale et s'intéressent également aux questions biologiques, en effectuant des relevés bioacoustiques ainsi que de la photo-identification de cétacés, en partenariat avec le laboratoire "Aquasearch". Ce partenariat a pour but d'établir l'existence ou non d'une relation entre la pollution plastique et le comportement des cétacés.

De plus, elles choisissent d'axer une partie de leur expédition autour de la sensibilisation du grand public à la problématique de la pollution microplastique, en allant notamment à la rencontre des plaisanciers et des centres aérés.


En 2019, changement de cap. Le bateau historique doit être abandonné en raison de nombreux incidents techniques et le choix est fait de louer un voilier afin de mener à bien une nouvelle expédition. Cette campagne 2019 se concrétise sous la forme d'un grand tour de Méditerranée occidentale, entre l'Espagne, la France et l'Italie.

Toujours en partenariat avec le laboratoire "Marbec", des relevés sont effectués le long des côtes, afin d'obtenir une image précise de la concentration en microplastiques dans les sédiments, dans la colonne d'eau et en surface.



En partenariat avec le "CNES", une bouée permettant de faire des relevés des conditions environnementales des sites est développée et testée en conditions réelles.

La rencontre avec le public n'est pas mise de côté pour autant. De nombreuses écoles sont rencontrées et, en s'appuyant sur le sérieux des expéditions précédentes, les membres de l'association sont invités à s'exprimer et à prendre part aux débats lors de tables rondes et conférences sur la question de l'impact et de la gestion du problème des microplastiques.


Nous voici déjà en 2020. C'est au tour de Cosme, Clea, Elora et Benjamin de prendre un congé sabbatique. Ils rejoignent l'association et préparent leur campagne qui doit démarrer au printemps. En partenariat avec l'Université de Barcelone, ils montent une expédition pour réaliser des mesures sur l'impact du courant ligurien dans l'accumulation des microplastiques italiens, français et espagnols aux Baléares.

C'était sans compter sur la pandémie de COVID-19 qui les oblige à rester confinés sur leur bateau juste avant leur départ. Heureusement, ils obtiennent les autorisations nécessaires pour partir en mer avant la fin du confinement et, en accord avec le Laboratoire en Géosciences Marines de l'Université de Barcelone, prélèvent un maximum d'échantillons durant le confinement, afin d'obtenir des données inédites sur l'incidence du confinement sur la pollution micoplastique.

Un premier tour des côtes françaises est effectué avant la reprise des activités commerciales et touristiques, puis un second, un mois plus tard. L'équipe en profite pour adapter son programme de sensibilisation à la situation sanitaire en allant à la rencontre du public sur les marchés et sur les ports.


En dépit des incertitudes liées à la situation sanitaire actuelle et à la gestion de l'épidémie, l'expédition 2021 se prépare gentiment. Cette nouvelle campagne de prélèvement devrait s'intéresser de manière approfondie au vieillissement des différents types de plastiques en mer. Une chose est cependant certaine, les expéditions de "SEA PLASTICS" continueront encore longtemps, ce d'autant plus que la situation sur le front de pollution plastique en mer n'est pas prête de changer.


Récit: Benjamin Panetier & Martin Wilhem

Images: SEA PLASTICS


"SEA PLASTICS", when young people get involved...


If you follow us on our various social networks, you certainly know that since August 2020, our partner NGO has been the young French association "SEA PLASTICS". We have already told you briefly about it but today we want to tell you more about it and tell you the story of this wonderful organization.


Spend a year of your life working for the ocean.



The first team of "SEA PLASTICS"

It all started in 2016. Simon and Aymeric, took a sabbatical year during their studies, offered themselves an old 50-year-old ketch (2 mast sailboat) which they called "Le Labo" and founded the "SEA PLASTICS" association. After a few months of work to restore it, this old boat allows them to carry out their first microplastic sampling campaign, in partnership with the "Marbec" laboratory. At that time, research on the impact of microplastics at sea was still rare.

The study of these samples enabled them to write a scientific publication now under revision for publication in The Marine Pollution Bulletin: "Micro-plastics abundance and characterization in the water column along the French Mediterranean coast". The "SEA PLASTICS" adventure had started.



Building on the success of this first campaign, Sarah, Marie, Lucie and Marine are also putting their studies on hold, joining the association and taking charge of setting up the 2018 expedition. With them, the adventure takes on another dimension. Indeed, they are continuing the research work of the founders by intensifying sampling to better understand the vertical distribution of microplastics in the western Mediterranean and are also interested in biological questions, by carrying out bioacoustic surveys as well as photo-identification of cetaceans, in partnership with the "Aquasearch" laboratory. This partnership aims to establish the existence or not of a relationship between plastic pollution and the behavior of cetaceans.

In addition, they choose to focus part of their expedition around raising the general public's awareness of the problem of microplastic pollution, in particular by going out to meet boaters and summer camps.


In 2019, a change of direction. The historic boat had to be abandoned due to numerous technical incidents and the choice was made to rent a sailboat in order to carry out a new expedition. This 2019 campaign takes shape in the form of a grand tour of the western Mediterranean, between Spain, France and Italy.

Still in partnership with the "Marbec" laboratory, readings are carried out along the coasts in order to obtain a precise image of the microplastic concentration in the sediments, in the water column and on the surface.



In partnership with the "CNES", a buoy to record the environmental conditions of the sites is developed and tested in real conditions.

The meeting with the public is not put aside, however. Many schools are met and, building on the seriousness of previous expeditions, members of the association are invited to express themselves and take part in debates during round tables and conferences on the issue of impact and management of the microplastics problem.



Here we are already in 2020. It is the turn of Cosme, Clea, Elora and Benjamin to take a sabbatical year. They join the association and prepare their campaign which should start in the spring. In partnership with the University of Barcelona, ​​they are setting up an expedition to carry out measurements on the impact of the Ligurian current on the accumulation of Italian, French and Spanish microplastics in the Balearics.

This was without counting on the COVID-19 pandemic which forces them to remain confined on their boat just before their departure. Fortunately, they obtained the necessary authorizations to go to sea before the end of the confinement and, in agreement with the Laboratory in Marine Geosciences of the University of Barcelona, ​​take as many samples as possible during the confinement, in order to obtain unpublished data. on the impact of containment on micoplastic pollution.

A first tour of the French coast is made before the resumption of commercial and tourist activities, then a second, a month later. The team took the opportunity to adapt its awareness program to the health situation by going out to meet the public in markets and ports.


Despite the uncertainties related to the current health situation and the management of the epidemic, the 2021 expedition is preparing nicely. This new sampling campaign should take an in-depth look at the aging of the different types of plastics at sea. One thing is certain, however, "SEA PLASTICS" shipments will continue for a long time, especially since the situation on the front lines. plastic pollution at sea is not about to change.


Text: Benjamin Panetier & Martin Wilhem

Images: SEA PLASTICS

BLUE IN GREEN SWITZERLAND

AV. de Neuchâtel 7

2024 Saint-Aubin-Sauges

Suisse / Switzerland

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc